Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #vote tag

Le 12 septembre, jour clé d'un nouvel espoir...

Publié le par Ombre Grise

Ouais, fallait trouver un autre jour que le 11/09, ça aurait fait mauvais genre !

N'empêche, le but de la CGT est tout de même de jeter un pavé dans la macron ! Je veux dire par là, déjouer les plans déjà bien construits, bien écrits, bien préparés du nouveau pouvoir en place, soi-disant plébiscité par la nation (avec le taux d'abstention qu'il convient et le taux de confiance associé) Bref ! Soyons démocrates, pour une fois. Les français ont élu un type. Qu'ils croient ou pas en son programme, ce dernier se propose, en toute ingénuité de l'appliquer. Ben merde ! On ne nous avait pas préparé à ça ! C'est vrai, quoi ! La plupart du temps, le type élu fait l'inverse de ce qu'il a promis, alors pourquoi pas maintenant ? 

Alors oui, Macron avait annoncé la couleur. Il avait déjà tout dit avant son élection. Ses élans de langage plutôt récents ne changent rien à l'affaire. Fainéants, cyniques, bref, cette engeance destructrice d'emplois, doit être ringardisée. C'est son discours depuis l'année dernière. Ne jouons pas les étonnés, pitié ! 

Faut-il tout approuver ? Je n'en sais rien. Moi, j'ai lâché l'affaire. J'étais pour Hamon, à son époque... il est mort, RIP mon pote, je le regrette, mais j'aimais bien tes idées sur l'avenir, qui n'aura rien de florissant, Macron ou pas Macron. Je suis pessimiste, mais le pouvoir des plus riches ne m'a jamais convaincu que les pauvres deviendraient moins pauvres. Désolé de ne pas être moderne.

Cette grève servira-t-elle à quelque chose ? C'est toute la question. Comment pouvons-nous contester un pouvoir soi-disant plébiscité par les urnes ? C'est difficile. On passe pour des réfractaires, des empêcheurs, des obstacles aux réformes "nécessaires" pour rendre notre belle nation compétitive au niveau international... Nous sommes peut-être de vieux débris anachroniques ayant peur de notre ombre, allez savoir... 

Je n'ai pas peur de l'avenir. Les lois à venir vont démonter un peu le droit du travail. Cela va se faire au bénéfice des patrons. Ok, j'attends de voir ce que ça va donner. S'il réussit à réduire le taux de chômage en maintenant le taux de pauvreté, je dirai banco. Pourquoi pas. Cela peut s'entendre. Je ne suis pas partisan de l'immobilisme. Je ne crois pas en Macron. Je n'y ai jamais cru, et je n'aurais jamais misé un cent sur son élection. Mais il est là. Et il se propose de faire plein de trucs qui foutent la trouille... n'étant pas une victime directe de ses projets, j'attends de voir... La grève du 12/09, je ne suis pas certain d'y participer à l'heure qu'il est (le samedi qui précède !) Rien ne me plaît dans les projets à venir. Mais bordel ! Le pays a voté pour ce type, a réduit les partis dits traditionnels au silence, justement pour avoir affaire à cette nouvelle démarche. Dois-je m'opposer juste par principe ou chercher à comprendre ? 

Je préfère la seconde option. Je serai neutre, en retrait, tant que je n'aurais rien compris à la démarche intrinsèque du nouveau pouvoir... 

Voir les commentaires

Primaire

Publié le par Ombre Grise

Vous devinez le jeu de mots. Oui, vous le devinez...

Nous assistons ici à un combat primaire entre une bande de clébards avides de pouvoir. C'est pathétique, mais après tout, c'est le jeu. Pourquoi pathétique ? La démocratie mérite qu'on s'implique, qu'on se mouille, qu'on se présente... Ouais, il y a une certaine noblesse à l'engagement politique... Là où je vois du pathétique, c'est dans le besoin de suffrage pour évacuer certains problèmes... Je peux citer Sarkozy, par exemple. Devenir candidat serait un moyen pour lui d'éloigner les juges. Un peu pareil pour Copé, encore que pour lui, c'est différent, il semble mis hors de cause de la plupart des affaires (il s'est mis en retrait suffisamment longtemps pour cela ! Un grand stratège quand on y pense...) Pour Poisson, il s'agit d'exister. Pour NKM c'est bien la même chose. Et puis ça fait plaisir aux femmes, d'avoir une candidate. Elles ne voteront pas pour elle, comme aux Etats-Unis, faut pas déconner, mais elles apprécient de voir une femme présente aux élections... Fillon y croit dur comme fer. Et d'après mon oreillette, il aurait remporté des voix suite à la 3ème émission de propagande estampillée "Républicains". Tant mieux pour lui, il fera sans doute un bon pourcentage. Inespéré pour lui, en tout cas !

Juppé, ancien délinquant officiellement condamné, le seul, apparaît comme une alternative sérieuse, et le favori des sondages... Il est pathétique également, car c'est l'élection de la dernière chance, pour lui. Après il sera trop vieux...

On verra bien, mais n'oublions pas que tout le monde peut voter. Et que rien que pour le faire chier, les électeurs de gauche ont pu choisir les autres candidats.

Sans compter la fraude. On se souvient des manoeuvres de Copé lors de l'élection du président de l'UMP. Son système, prouvé par une commission indépendante, ne lui a pas porté ombrage. Et pourtant ! Il y avait de quoi se retourner la couenne ! Mais non, pour ne pas décrédibiliser le parti, aucune poursuite n'a été intentée contre lui... Bien joué Copé. Saura-t-il renouveler un tel prodige contre son maître Sarko et le doyen Juppé ? Rien n'est moins sûr... les spécialistes de la magouilles lui sont largement supérieurs. J'espère vraiment qu'il aime administrer Meaux...

Tout ça pour dire, à quelques heures des résultats, que cette bataille fumeuse n'a d'intérêts que pour ceux qui se persuadent que le vainqueur sera le prochain président de la République. C'est peut-être vrai. Peut-être. 

Mais ce n'est pas une certitude, loin de là...

Voir les commentaires

Dénicratie populaire ?

Publié le par Ombre Grise

La démocratie française est malade. Le diagnostic me paraît évident. On utilise beaucoup le terme, et plus il est prononcé, plus sa valeur s'épuise, se vide de toute substance. Pareil pour la république. La jeune Le Pen a raison : on nous saoule avec la république. Observons bien qui en sont les garants : Sarkozy (combien d'affaires en cours), Copé (fraudeur avéré aux primaires de son propre parti), Balkany (no comment), Cahuzac, j'en oublie des tas... Ceux-là respectent la république, ils le prouvent chaque jour ! Et que dire de notre premier ministre qui tient des propos à la limite du racisme. Souvenons-nous de sa note sur les Roms, maintenant, il affirme qu'il n'est pas favorable à l'octroi de la nationalité française pour Tariq Ramadan. La république s'appuie sur les droits de l'homme. Or, dans les droits de l'homme, on ne discrimine pas un individu pour un motif religieux, ni même politique. Alors si le dossier de Tariq Ramadan répond aux conditions d'octroi pour la nationalité française, je ne vois pas pourquoi il ne pourrait pas être naturalisé. C'est grave de tenir de tels propos pour un premier ministre, et surtout, ce n'est pas légitime.

Bref, la république, ce sont de bonnes valeurs. Ce qu'on en fait derrière, hein...

Pour la démocratie, c'est encore plus compliqué.

Le principe de ce régime politique est de permettre à la population de choisir ses élus. Elle offre un mandat à un bonhomme, pour qu'il mène une politique.

Doit-il absolument mener la politique qu'il s'était engagé à mener lors de sa campagne ? Compliqué. La situation d'un pays n'est jamais figée. Les constats de 2012 ne sont probablement pas les mêmes que ceux de 2015. A ma connaissance, pas un seul président de la République n'a mené la même politique du premier au dernier jour de son mandat. Il y a toujours une ou deux réformes qui ne passent pas.

A ce jour, c'est la "loi travail." Sur le fond, je ne me prononcerais pas, la loi est dépouillée, à tel point que la droite, qui la soutenait au début, a fini par rejoindre son attitude habituelle du "si ça vient du camp d'en face, même si c'est notre idée, on dira non !"

Le 49.3 est-il démocratique ? En tout cas il est dans la loi. Son fonctionnement est beaucoup moins simple qu'il n'y paraît, dans le meilleur des cas, la loi mettra six mois à s'appliquer.

Et pendant six mois, on risque le bazar dans tout le pays. Les actions choc des routiers, et des transports en commun dans leur globalité, sont-elles toutes légitimes ? Est-il normal dans une démocratie de bloquer l'économie, en prenant le risque de nuire à des milliers de citoyens qui n'ont rien à se reprocher ? Cette question est souvent posée. Jusqu'à un certain point, on peut comprendre une action coup de poing. C'est parfois nécessaire, et l'histoire nous a démontré que cela pouvait marcher. Maintenant, si les actions s'éternisent... dans quelle mesure ne s'agirait-il pas de chantage ? Ou de prise d'otage, on entend souvent le terme...

La démocratie est la voix du peuple, mais dans cette affaire, est-ce vraiment le peuple qui s'exprime ? Ou plutôt quelques castes ayant un vrai pouvoir de nuisance.

Si vous n'avez pas de pouvoir de nuisance, taisez-vous. C'est ça la démocratie ?

Je n'ai évidemment ni solution, ni réponse à ce questionnement. Je ne crains aucunement la "guerre civile", c'est ridicule. Je me demande simplement dans quelle mesure il est possible de réformer notre pays.

Si on s'en prend aux intérêt de quelques-uns ayant un pouvoir de nuisance pour l'économie du pays, c'est l'enfer. Tout le monde paie.

Si on cède, on est faible. L'opposition nous démonte. Si on résiste, on est sourd. L'opposition nous démonte aussi.

Le dialogue citoyen c'est bien gentil, mais si les citoyens parlaient tous d'une même voix, on n'aurait pas besoin d'un élu pour représenter une circonscription. Nuit Debout aboutira à quoi en fin de compte ? A un énième parti politique ? S'il n'en devient pas un, et s'il n'est pas récupéré, je ne vois pas ce qu'il va devenir...

La démocratie ne veut plus rien dire, pour plutôt si, une chose et son contraire. Les gens n'y croient plus, se déplacent de plus en plus rarement pour voter.

J'entends parler de VIème république, et en effet, je pense que c'est nécessaire. La solution pour sortir de ce combat perpétuel entre le pouvoir et "certains" (même si les certains en question sont soutenus par le "peuple") ne peut être apportée que par une refonte globale de nos institutions.

Mais là encore, va falloir s'attendre à un sacré bazar !

 

 

 

Voir les commentaires

Dénicratie...

Publié le par Ombre Grise

Le PS et les R ne sont pas sur la même longueur d'ondes. Pourtant, ce sont tous de grands démocrates. Faut-il maintenir un candidat coûte que coûte ? Même si ce maintien permet au parti honni de remporter la victoire ? Dur dilemme.

Le PS dit oui, on se retire. On baisse son froc. On laisse l'ennemi gagner. Pour éviter que l'autre ennemi ne gagne.

Les R disent non. On ne bouge pas. Rien à foutre.

Voilà où nous en sommes. Et la démocratie dans tout cela ?

Je me demande...

Un électeur, c'est un individu équipé d'un cerveau. Je préfère en rester à cette définition. Les "consignes" du blaireau qui a perdu, tout le monde s'en taponne les baloches !

En tout cas, c'est mon point de vue. Si un zozo souhaite rester en ligne, mais que lui offrir des voix permet de faire passer le parti honni, il revient à chacun d'en tirer des conclusions. Non, les électeurs ne sont pas des moutons. Ils vont réfléchir avant de voter, faire la part des choses. Et peut-être voter pour leur candidat, après tout pourquoi pas ? C'est quoi ce vote sélectif ?

Empêcher à tout prix au parti honni de remporter une élection, est-ce bien démocratique ? Il sert vraiment à ça notre mode de scrutin ? Une magouille pour empêcher l'autre de gagner ?

Je n'aime pas beaucoup le parti honni, mais si l'on considère que c'est un parti "comme les autres", pourquoi établir un traitement de défaveur à son encontre ? S'il est réellement aussi maléfique qu'on le prétend, ne peut-on pas lutter contre lui légalement ?

J'ai bien lu toutes les citations de ces gens sages (et morts) autour du fascisme, de la montée du "mal", évidemment, j'en suis affecté, car je ne souhaite vraiment pas favoriser la montée d'un quelconque courant de pensée nauséabond. Mais dois-je lutter par des moyens déloyaux et purement comptables contre cette volonté, alors que ce sont d'autres électeurs, pas plus méchants ou cons que moi, qui déposent leur bulletin dans l'urne ?

 

Voir les commentaires